voûte forestière

C’est l’artiste de la confusion.
Confusion des genres, confusions des paysages, dans lesquels elle dissout les a priori, les raccourcis de pensée.

Si la ville est son terrain de jeu favoris, ce n’est pas pour nous y faire découvrir son histoire mais plutôt imaginer des espaces atypiques, inhabituels où la foret s’invite dans un tunnel, le canal s’introduit dans un centre commercial ou encore une piste cyclable dans le Louvre !

Elle modifie ses photographies en juxtaposant, collant, superposant, entremêlant plusieurs photographies jusqu’à leur donner une nouvelle identité, métamorphosant le réel. Elles en deviennent anonymes. Avec sa série « Mes Anonymes » elle manipule les règles et les préjugés. Elle prend une certaine liberté à jouer avec la réalité et sa rigidité. Ses photographies sont un manifeste contre la norme. Rien n’est déterminé, seul compte notre manière de voir.